Jordanie et la dernière croisade de la Famille autour de la Terre !
Dernier article... écrit le 12 juin, sur les bords de la mer rouge



Sud Jordanie, du 2 au 16 juin 2009


Petra ?
Petra, dans notre imaginaire, c'est d'abord la photo d'une immense porte taillée à même la falaise. Avec un dromadaire allongé devant. Si, si, cette photo, vous l'avez déjà vue, c'est celle du président de la République française, lors d'une récente en lune de miel… Bon, pour ceux qui auraient raté cet épisode, vous pouvez aussi l'admirer dans les scènes finales de " Indiana Jones et la dernière croisade ".
Et Petra, c'est aussi (et surtout) une des sept nouvelles merveilles pas officielles du monde. Après le Machu Picchu au Pérou et la Grande Muraille de Chine, c'est un passage obligé de notre périple…
Et c'est une sacrée bonne surprise.


Histoire
Le peuple des Nabatéens, dans les 2 ou 3 siècles avant notre ère, avait développé sa zone d'influence dans la région. Sa richesse venait principalement du commerce, et du fait que la région est un véritable carrefour entre la zone arabique, l'Afrique et la route vers la Syrie. Les Nabatéens ont choisi d'implanter leur capitale sur l'actuel site de Petra. La particularité du site résidait dans le fait qu'il se situait entre deux rivières (en plein désert, c'est appréciable !), et qu'il était constitué à cet endroit de canyons plus ou moins hauts, formant ainsi un rempart naturel.


Le site de Petra
D'abord, le site est immense. De l'entrée, on y accède à pied en traversant le " Siq ", un canyon étroit aux parois s'élevant parfois de 60 ou 80 mètres. Puis on est tout à coup pris par surprise, et on atteint " Le Trésor ", la fameuse porte. Fabuleux. On a peu de recul et la taille de cette œuvre gravée directement dans la falaise est à couper le souffle.

Ensuite, on serpente le long des lits des deux rivières, asséchées aujourd'hui, mais qui faisaient du site une ville verte et luxuriante à l'époque. On longe des successions de hautes entrées, toujours taillées directement dans les parois des canyons, appelées les " tombeaux impériaux ". On devine le grand nombre d'habitations de la ville, la plupart aménagées dans des creux et grottes naturelles à même la roche. Les traces du centre de la ville se résument à quelques fondations. Mais celles-ci, superposées à notre petit guide de visite, donnent une bonne idée de la grandeur à l'époque : des temples immenses, des théâtres, des rues à colonnades… L'influence grecque est visible, Alexandre le Grand est venu par ici.

Puis le second jour d'exploration, nous faisons l'effort de pousser une grimpette vers la place des sacrifices, où trônent aussi deux obélisques elles aussi taillées dans la roche. De là, la vue sur les alentours est exceptionnelle. Y compris sur les villages où ont été relogés les bédouins Bdoul qui occupaient encore le site il y a quelques années.

Petra, c'est pour la vie !

Site de Petra : Vidéo


Vie quotidienne
Après la découverte du site de Petra, on élargit notre exploration : les ruines du château de Shobak, le Siq de " Little Petra "…
Pour le reste, on s'est fixé dans un petit hôtel du centre de la ville nouvelle, dans une chambre avec balcon, idéal pour le coucher de soleil ! C'est " top " pour se faire la popotte en dégustant des brochettes de poulet grillé ou de Kebab, achetés à emporter à l'un des nombreux bouibouis du coin.
Le midi, on pique-nique " Salade Tomates concombres " ou on s'arrête s'offrir des sandwichs Felafels. Trop bon.


Désert Jordanien : Désert de Wadi Rum
Nous partons sur les traces de Lawrence d'Arabie ! Pendant trois jours, nous explorons ce coin protégé en jeep 4x4, à pied et même… à dos de dromadaire !

Ahmed, notre guide local (www.rumstars.com), est un bédouin fanatique de ce désert. Il y a une vingtaine d'années, son père a sédentarisé sa famille pour que ses enfants puissent aller à l'école. Avec lui, nous découvrons quelques coutumes bédouines, comme celle qui consiste à faire trancher les désaccords par un sage (ou chef) reconnu pour son impartialité. Ou encore celle qui consiste, après le déjeuner, entre 14h et 16h, à faire… la sieste !
C'est avec lui que nous arpentons ce désert à 4, et oui, on est tout seul, le rêve !

Le midi, nous pique-niquons… à l'ombre (et au nord-est) d'un pic rocheux. Le soir, nous dinons dans un campement permanent, et nous allongeons sous une tente bédouine, en plein désert ! Les étoiles sont un peu voilées par la pleine lune, mais c'est beau quand même. Et tranquille en plus, à 10 Km à la ronde… pas de muezzin (ceux qui chantent des versets du Coran à toute heure du jour, et surtout de la nuit quand on dort) ! Le bonheur est donc dans le désert.


Oh ! Les chameaux !
Le dernier jour, nous rentrons à dos de dromadaire jusqu'au village de Rum. Erreur de débutants.
Nous parvenons à notre destination, au bout de huit effroyables heures passées sur un animal dont le lent déhanchement, allié au confort sommaire du harnachement, nous laissent fourbus, le dos en compote, le cou bloqué, des crampes dans les cuisses et les mollets, et le postérieur… massé pour longtemps. Trois jours après, on en souffre encore.


Le désert de Wadi Rum
La zone est constituée de larges vallées arides, délimitées par des monts rocheux aux parois verticales.
Le fond des vallées est parfois de terre et de débris rocheux, parfois de sables aux couleurs variées : blanc, jaune, orange. De temps en temps, s'élève aussi une haute dune de sable fin et ocre, arrêtée dans son élan seulement par une falaise intransigeante. C'est au plaisir de Damien que d'y gravir et d'en redévaler l'abrupte pente à grandes enjambées (pour éviter l'envol…).
Les montagnes, elles, sont de toutes les formes et présentent aussi des dégradés de teintes selon la hauteur à laquelle on les observe. L'érosion a fait un travail magique et chaque bloc a sa propre personnalité : du gâteau au caramel fondant, au facies menaçant, en passant par des copies des Monts Olga d'Australie, tout est possible.


Où que l'on jette le regard, le paysage est splendide, envoutant. La brume de chaleur estompe un peu les éléments du décor, au fur et à mesure qu'ils sont éloignés. On a l'impression d'une superposition d'images. Toutes plus belles les unes que les autres.


M
er Rouge : Ville d'Aqaba
Nous jetons l'ancre pour cette dernière semaine à une dizaine de kilomètres au sud de la ville d'Aqaba, le long du golfe du même nom, en Mer Rouge. Nous sommes tout au sud de la Jordanie, à quelques brasses du Sinaï égyptien et quelques foulées de l'Arabie Saoudite.

L'eau est bleue. Le soleil tape. On ne peut résister à l'appel des coraux et centaines d'espèces de poissons qui s'étendent à quelques mètres du rivage. Masques, tubas, et… on admire l'aquarium naturel ! Pas trop longtemps quand même car l'eau n'est pas si chaude, et on frissonne rapidement. Et puis avec tous ces dangers : oursins, requins, poissons-pierre, méduses, murènes… on ne sait jamais !


La Jordanie : une machine à remonter le temps
La Jordanie affiche une évidente soif de modernité et d'échanges, des châteaux moyenâgeux, une épidémie de mosquées, des sites sacrés cités dans les anciens et nouveaux testaments, des villes romaines bien conservées et des sites d'avant notre ère… merveilleux !
Pffou, quel pays ! A ne rater sous aucun prétexte.


Voilà, c'est fini…
Un an après, c'est le retour !
Cette aventure, nous l'avons vécue à 300% durant près de 365 jours.

Nous avons parcouru de nombreux kilomètres, qu'est-ce que la terre est belle et grande. Que de gens rencontrés, d'aventures vécues, de découvertes inoubliables et de Vache qui rit mangée… C'est certain, nous regarderons le monde et les plateaux de fromages d'une autre manière.

Un voyage en appelle un autre et désormais nous en avons des dizaines en tête. Plein d'idées glanées le long de notre périple… si si on repart bientôt ! D'ailleurs si vous voulez des idées…

Enfin, motivés par les milliers de "Vous avez d'la chance…" que nous avons entendus, nous livrons notre secret dans le livre "Osez vivre vos rêves". Ces quelques pages de vitamines, nous les dédions par avance à tous ceux qui rêvent… et vivent à la fois.

Un grand merci à tous ceux qui nous ont écrits, suivis à travers le site et encouragés à maintenir notre plaisir à partager cette expérience.

A bientôt pour de nouvelles aventures,
Bruno le Bédouin, Marie d'Arabie et HamedDamien !


La prochaine fois... : Le Livre !


Désert Wadi Rum

Un ami !

-

Petra "Al Khazneh : Le Trésor"

Nos 2 premiers jours, seuls avec Ahmed !

Désert Wadi Rum

3è jour dans le désert : Ouille !!!!!!!!

B.O.N.H.E.U.R

Alentours Petra

Welcome to Jordanie !
Article écrit le 3 juin, à Petra




Jordanie, alentours Madaba, du 29 mai au 2 juin 2009



Proche-Orient, nous voici !
Cap à l'ouest… de Dubaï ! On se rapproche encore d'Angers… Notre avant-dernier vol nous pose à l'aéroport d'Amman, capitale de la Jordanie.
Nous enfournons sacs à dos et autres valises dans le coffre d'une voiture de location, et prenons la route directement pour Madaba, située à une trentaine de kilomètres au sud-ouest d'Amman.


Un peu de géographie…
Et oui, nous aussi on s'est demandé où c'était la Jordanie… Voici ses voisins : à l'ouest, Israël et les Territoires Palestiniens ; au Nord, la Syrie ; à l'est et au sud, l'Arabie Saoudite (et un bout de frontière avec l'Irak). Pour ceux qui ont quelques restes de leurs cours de géo du collège, on est en plein cœur du " Croissant Fertile " !
Le climat de la région est plutôt sec, pour ne pas dire désertique. La principale religion est l'Islam, et un grand nombre de réfugiés Palestiniens vivent ici (qu'ils soient intégrés ou volontairement restés dans des camps).


…et beaucoup d'histoire !
Le passé de la Jordanie est d'une richesse telle qu'il est impossible à résumer. Pour donner quand même une idée, cette partie de la grande " Palestine " a d'abord été le berceau des premières civilisations humaines (poteries, collecte d'eau, agriculture…). Ce qui a eu pour effet d'attirer ensuite les civilisations voisines… Se sont alors succédés sur ces terres (dans le désordre) les égyptiens, israélites, grecs, byzantins, romains, croisés européens, mongols… Imaginez le mille-feuille de vestiges !


Dépaysement… total !
Après nos quatre mois en Asie, quels changements !
D'abord, on a jeté les parapluies, ici, les risques d'une averse sont assez limités… :) A moins d'une soudaine tempête… de sable !
Ensuite, on réapprend une nouvelle fois à dire " Bonjour ", " Merci " et " Au revoir " dans une dixième langue, l'arabe version jordanienne.

Pour la lecture, par contre, notre sort ne s'est pas amélioré. Après les pictogrammes chinois, les pattes de mouche arabes. C'est rigolo de les voir écrire de droite à gauche, à toute vitesse. Le plus déconcertant, c'est sur les ordinateurs : tout est inversé gauche/droite ! La croix pour fermer une fenêtre est en haut mais à gauche, les titres de zones à remplir sont à leur droite, et tout est aligné… à droite ! Il n'y a que Marie-Lise qui s'en accommode, elle qui sait écrire de droite à gauche depuis sa plus tendre enfance !

L'architecture aussi a changé. Finis les dragons partout et les toits dont les angles sont cornés. Ici, au mieux, les bâtiments sont cubiques (les toits en pente sont rarissimes), blancs (pour se protéger du soleil) et avec de petites ouvertures.
Mais ce qui dépayse vraiment, ce sont ces bédouins installés sous leurs tentes, que l'on aperçoit partout dès que l'on quitte les agglomérations. Descendants des caravanes de commerce séculaires, beaucoup d'entre eux en effet ne semblent pas parvenir à s'adapter aux habitations " en dur ". On en trouve à la sortie des villages, ou au milieu d'un champ labouré, ou coincé entre deux rochers pour se protéger du vent, voire au sommet d'une colline. Autre lieu, autre temps, le pittoresque est toujours bien là.


Les Jordaniens
Leur accueil est impressionnant. Ils ont toujours un petit mot gentil souligné d'un grand sourire et de la devise du pays : " Welcome to Jordan ". Il n'est pas rare de se voir offrir un café (turc, les Ottomans aussi ont laissé des traces…), ou le thé au fond d'une boutique !

Presque tous parlent anglais, et même assez souvent français (enseigné après l'anglais, et avant… le grec !). En permanence, ils cherchent à nous rendre service, nous renseigner, nous informer. Et apparemment, ils adorent la France. Pour preuve, ils connaissent tous Zidane, Ribéry et autres stars…




La Mer Morte
Nous n'aurons plus d'excuses, nous saurons désormais où elle est ! Elle ressemble à un immense lac de montagne, d'un bleu profond. En fait, c'est une mer dans laquelle se jette le fameux fleuve Jourdain.
En venant de Madaba, on la découvre des hauteurs de montagnes que la route dévale, avec un dénivelé de plus de 1300 mètres. Pourtant, nous ne sommes qu'à 900 mètres d'altitude ! En effet, une des particularités de cette mer, c'est qu'elle est le point le plus bas du globe, à 400 mètres… en dessous du niveau moyen des mers !
C'est aussi l'un des points les plus chauds, et cet élément combiné aux prélèvements dans le Jourdain et autres rivières pour les besoins d'eau potable, font qu'elle s'assèche, lentement mais surement.

L'autre particularité, c'est que cette mer est salée à… 31% ! Du coup, impossible de s'y baigner, on ne peut qu'y… flotter ! Véridique, on a testé pour vous. Bruno est aux anges, depuis le temps qu'il rêvait de faire la planche sans avoir peur ! C'est fun, mais il faut vite se rincer à l'eau douce, sous peine d'irritations…

Alentours Madaba : Vidéo

Attention ça tangue... séquences prises en voiture !


Mosaïques
La région est riche de lieux au passé historique : le Mont Nebo où Moïse serait mort, Béthany où Jésus aurait été baptisé, Jérusalem à 40 Km… pour n'en citer que quelques uns.
Les premiers siècles de l'ère de la Chrétienté ont aussi vu la réalisation de mosaïques exceptionnelles, dont il reste pas mal de traces.
Le sol de l'église Saint Georges de Madaba, par exemple, montre des restes de la plus ancienne carte de la Palestine, en mosaïques ! C'est grandiose.
Un peu plus loin, à Umm Ar Rasas, on en admire d'autres réparties dans les restes de cette ville de 1500 ans. Cette ville de 5000 âmes a été garnison romaine à une époque, et les tremblements de terre de cette région ne sont pas venus à bout des arches de ses quatre églises, sous lesquelles reposent encore quelques trésors de mosaïques.


Gastronomie
On a commencé notre régime " cuisine orientale ". C'est bon les pâtisseries bourrées d'amandes et de miel, les pains arabes à la harissa, les sandwichs fallafels, les shawermas, les kebabs, le houmous… Damien vit un rêve, du kebab tout les jours !
C'est sûr, on a du sang d'ici ! Mais pour la ligne, vivement qu'on reprenne la danse !


Jerash
Les restes romains de cette ville du nord sont somptueux. L'hippodrome, une porte majestueuse, un théâtre, une avenue de colonnades avec ses dalles d'origine et ses caniveaux sous-terrains, sa " cathédrale " et ses temples, l'ensemble sur une surface impressionnante ! Ici, c'est ambiance " Gladiator " !


Les sources chaudes

Quelle surprise que ces sources d'eaux chaudes qui surgissent violemment de parois rocheuses en plein désert ! Quand on dit chaudes, c'est chaudes… entre 40 et 75°C ! Impossible de rester dans les " bains romains ".
Sous la paroi de la cascade, une autre surprise : un sauna naturel ! A travers la roche, l'eau chaude ruisselante a formé une grotte et dégage des vapeurs qui font qu'on transpire de tous nos pores. Extra !


Paysages de désert… parfois vert !

Ces collines tantôt désertiques, tantôt couvertes de végétation (pins, oliviers, cultures maraichères), ces canyons (wadis) arides, larges et profonds.
Ces jolis minarets qui s'élèvent au dessus de chaque village, chaque hameau.
Et ici aussi, comme en Chine, les cerf-volants décorent les cieux.
Qu'est-ce que c'est beau ! Venez voir, on ne peut rien vous dire de mieux.


En route pour le sud
Nous prenons la route vers le sud et faisons une pause au château de Kerak, sur la route des rois. Il date de l'époque des croisades ! Incroyable ce château fort en plein désert ! Ses galeries sont encore en très bon état, et on peut admirer la plupart des salles : cuisines, salles à manger, réservoirs d'eau, dortoirs pour les 1000 hommes de garnison, écuries et prisons… Même le système de récupération des eaux de pluie est encore visible !


Mais au fait, on rentre quand ?!
Si si, c'est décidé, on revient en France !!
Retour à Paris aéroport de Roissy CDG le 17 juin 2009 matin, grand moment puis retour sur Angers le 24 juin 2009 en voiture, autre grand moment !



La prochaine fois, allez, on continue à remonter le temps…
Petra et virée de 3 jours dans le désert Jordanien....

En avant première, notre Tour Eiffel ! Cliquez

 

-

Un pays de bédouins, on est chez nous !

Dans les rues de Madaba

Karak - Château

-
Un rêve de plus !

Sources d'eaux chaudes & sauna naturel !

-

-