Bye Bye Kung Fu Panda !
Article écrit le 12 mai 2009




Beijing, du 14 au 22 mai 2009



Beijing 2009
Nous voici à Pékin, ultime étape de notre traversée de ce grand pays.

La météo est meilleure que ces 10 derniers jours, et on n'est pas obligé de retourner voir le dernier X-Men en mandarin non sous-titré. La température frôle même celle du désert de Gobi, pas très loin d'ici. D'ailleurs, celui-ci menace d'ensevelir la ville dans les prochaines années...

La ville est très agréable. De grandes artères quadrillent l'agglomération, facilitant ainsi la circulation de millions de véhicules. En bordure de ces avenues, de larges trottoirs généralement arborés, et, bien sûr, des immeubles modernes, quelques gratte-ciels. Mais pas seulement. Il subsiste encore pas mal de " hutongs ", ces quartiers historiques de ruelles, aux maisons de plein pied et aux murs de brique. Typique. Ambiance petit village.

Le tout forme un ensemble où on n'a pas l'impression d'étouffer, où on n'est pas collé au fond d'un canyon de buildings. Ambiance de bonne grosse ville de province. Bref, un kaléidoscope superbe.


Swing'in Beijing
Ici aussi, l'évangélisation a commencé et la communauté croît d'année en année. Lundi soir, nous allons participer à leur soirée d'entraînement au CD Jazz Café, un bar à concerts Live où on pousse les tables et les chaises sur l'estrade, pour laisser place aux swingueurs. Là encore, nous sommes accueillis chaleureusement et nous passons une soirée très agréable. Au retour, nous arpentons les 6 Km qui nous séparent de notre hôtel à pied, par une nuit estivale. Les étals de brochettes, avec leurs tables et tabourets de plastique, se sont déployés " à la vietnamienne " tout au long des trottoirs, assurant ainsi l'ambiance pour les noctambules.

Place Tienanmen
Cette mythique place est la plus grande du monde ! Elle s'étend devant la porte d'entrée de la Cité Interdite, et fait face au Mausolée de Mao, à qui nous rendons une visite de courtoisie. En file indienne, avec des milliers de chinois, en silence, nous défilons devant le Grand Timonier embaumé.


La Cité interdite

Enfin, les images de tant de films deviennent pour nous réalité ! On s'y perd une bonne demi-journée, mais on aurait pu y consacrer deux jours. On y accède par plusieurs portes successives, puis au cœur de la Cité, c'est un labyrinthe de palais, de ruelles et de passages. On revit toute une époque !


Brevet
Cà y est, Damien vient de recevoir ses épreuves d'évaluation qui détermineront son entrée en seconde l'année prochaine.
Le trac est là, les Maths et le Français sont passés. Reste l'Histoire-Géo… Nous renvoyons tout cela dans quelques jours, pour correction par ses professeurs du Collège Chevreul, dont nous saluons au passage toute l'équipe.


La Grande Muraille
Incontournable. Gigantesque. Ce mur rempart de 5000 Km en impose. Même s'il n'a jamais vraiment servi à retenir les envahisseurs…
Nous nous rendons à Simataï, à une centaine de kilomètres de Pékin. Les courbes de la muraille longent les lignes de crêtes et serpentent au dessus de monts et montagnes de toute beauté. A intervalles réguliers, une tour de guet ajoute au côté " guerrier ". Même si le site est " rénové " (à la chinoise, donc tout neuf !), on frissonne quand même devant ces " presque " vieilles pierres.

Notre Grande Muraille: Vidéo

Notre Tour Eiffel !!
cliquez


" Bye Bye" le pays de Kung Fu Panda !
Nous voici parvenus au terme de nos péripéties chinoises.

Ce pays est superbe. Notamment ses paysages ruraux qui sont de toute beauté. L'agriculture n'est pas encore mécanisée, ce sont uniquement bêtes et hommes qui travaillent de nombreuses petites parcelles. Du coup les paysages sont un puzzle de parcelles multicolores. Génial.

La Chine nous a laissés parfois amusés, voire écœurés, souvent charmés, en tout cas, jamais indifférents.


Changement de route
Lors de notre préparation, nous avons largement sous-estimé le coût de la traversée de la Russie en Transsibérien. L'hébergement a atteint des sommets, les billets de train ont été sujets à une forte inflation…. Aussi, nous changeons de route, et partons pour 24h de train pour regagner Hong-Kong !


Quarantaine !!
La psychose H1N1 bat son plein, et à la gare de Pékin, l'ensemble des personnels porte le masque en tissu couvrant le nez et la bouche (mais pas encore le tuba…).
Le train qui fait la liaison de Pékin à Hong-Kong est sans arrêt, et les formalités de douane s'effectuent avant la montée. Dans la file d'attente, Damien est appelé pour un contrôle de température (on le comprendra plus tard, il a été repéré par les caméras à infrarouges !) et il s'avère qu'il a… 37°1 ! La veille, en effet, il a attrapé un coup de froid à rester sous un climatiseur.
Une poussée de température, c'est bien connu, étant l'un des symptômes de la grippe porcine, nous avons alors à décliner notre itinéraire depuis 30 jours, remplir différents formulaires où nous jurons qu'il n'est pas sujet à d'autres symptômes, livrer toutes coordonnées pour rester joignables…etc. Et on nous laisse rejoindre notre compartiment. Mais, rebondissement 20 minutes plus tard, un homme en blanc vient nous chercher, et nous sommes déménagés et mis en quarantaine dans une cabine… de première classe ! Chaque chose a un bon côté. Nous passons donc les 24 heures suivantes quasi-enfermés, sous surveillance médicale et contrôles de température réguliers… dans notre cabine privée. On n'aurait pas été mieux en Transsibérien !


La prochaine fois, destination " Surprise "…!
Un indice ? Nous partons de ce pas pour le Moyen-Orient



Pékin - Cité Interdite

Simatai

Pékin - On a trouvé un déménageur !!!

Pékin

Simatai - Notre Grande Muraille

-

Cité Interdite

Made in China
Article écrit le 12 mai 2009




" L'Empire du Milieu - Le Sichuan et le Shaanxi " - du 27 avril au 12 mai 2009


Départ de Lijiang
Il s'en faut de peu que l'on ne prolonge notre séjour…
Afin d'éviter un long trajet de contournement d'un massif montagneux pour rejoindre Chengdu, nous prenons des billets pour un vol intérieur.
A l'aéroport, nos bagages dégagent un excédent de poids de… 38 Kg ! On nous demande alors de régler une taxe de 50 €. Mais comme notre périple nous a appris que tout se négocie, et surtout avec les compagnies aériennes, nous parvenons à être autorisés à garder une valise en bagage à main, et la taxe descend à 20 €… Sauf que, nous n'avons sur nous que… 5 € ! Il est impossible de régler par CB, et le distributeur le plus proche est en centre-ville, à 20 Km de l'aérogare. Nos bagages étant déjà partiellement chargés dans l'avion, la situation se complique pour l'agent qui se charge de notre cas… Après être parvenu à joindre son supérieur de niveau +4, nous finissons par être exonérés de taxe, et autorisés à rejoindre notre avion quelques minutes avant le décollage !


Damien, terroriste ?
En parallèle, notre autre valise est suspectée aux rayons X de contenir un produit inflammable…
Il faut savoir qu'en Chine, on ne monte pas dans un bus ni un train sans que passagers et bagages ne passent au détecteur… de produits inflammables ! C'est l'occasion à chaque fois de se débarrasser des déodorants, briquets, pulvérisateurs en tous genres, comme si tout cela était superflu… ou dangereux !
Aussi, la valise suspecte est ouverte, fouillée, chaque objet est palpé, étudié et les agents de sécurité finissent par trouver l'arme : le (faux) Zippo que Damien s'est offert en souvenir à Saigon ! Quelques larmes de crocodiles plus tard, le supérieur de niveau N+2 accepte de nous laisser passer en embarquant l'objet du litige ! Quel sketch !


Chengdu
Capitale de la province du Sichuan, c'est une très grosse agglomération, de la taille de la région parisienne. Plongée sans interruption dans la grisaille pendant les quelques jours où nous y séjournons, c'est un peu tristounet. De grandes avenues pourfendent un centre-ville aux galeries commerciales rutilantes, envahies par les marques, vraies ou fausses, chinoises et occidentales. Une grande statue de Mao trône au milieu de la place centrale, à quelques dizaines de mètres d'une grande chaine américaine de fast-food… Nous ne garderons pas de cette ville de souvenirs très excitants. A part peut-être la séance de coiffure de Marie-Lise et et Damien !

Panda géant
A proximité de Chengdu se tient le Centre de protection et d'élevage du Panda Géant. Avant même Décathlon et Carrefour (Cocorico !), c'est l'attrait numéro 1 de cette agglomération…

Le centre s'étend sur un grand parc, dans la verdure des forêts de bambous et l'humidité ambiante. Les animaux de cette espèce en danger de disparition sont " en liberté " dans de grands espaces avec quelques aménagements pour qu'ils puissent y œuvrer " comme " dans la nature. Les visiteurs peuvent faire le tour de ces espaces et observer ces gros nounours d'assez près, surtout à l'heure du repas quotidien, en début de matinée. Car le reste de la journée… ils dorment, accrochés à une branche ou étalés de tout leur long, en pleine digestion ! En cela, ils nous font penser très fort à nos amis australiens. Non, non pas Fiona et sa famille, mais les koalas !
Vous voyez Kung Fu Panda ? Ils sont pareils, un peu rondouillards, pépères-tranquilles, se restaurant le plus souvent à moitié allongés sur le dos. Craquants ! On en adopterait bien un.

Nous découvrons aussi le Panda Rouge, qui ne ressemble pas du tout au Panda Géant. Sorte de mélange de chat, de renard et de fouine, il n'en est pas moins très attachant aussi.

Pandas "Pépères tranquilles" : Vidéo


La Golden Week
A l'occasion de la fête du travail, en Chine, les 3 premiers jours de mai sont fériés. Du coup, les chinois en profitent lâchement pour y accoler leurs 5 jours de congés annuels ! Ceci fait beaucoup de monde (on en compte 1,3 milliards) en même temps (une semaine) aux endroits touristiques… On témoigne, c'est un sale moment pour les étrangers de passage !
Cela bouscule un peu notre programme car les tarifs pratiqués par certains hôteliers deviennent extravagants, et l'obtention de notre renouvellement de visas en est un peu différée.


Renouvellement des visas
A Hong-Kong, nous avions obtenu un visa de 30 jours pour seulement 15€. Celui-ci doit maintenant être prolongé de 30 jours supplémentaires pour nous permettre d'aller au bout de notre séjour prévu.

Nous nous rendons au Bureau de la Sécurité Publique (Services de préfecture et de police…) et prenons connaissance de la procédure : d'abord, on dépose notre dossier avec nos passeports, photos, plein de photocopies (format A4 seulement), et surtout des preuves qu'on a assez d'argent pour subvenir à nos besoins pendant un mois !
Ensuite, on revient 5 jours plus tard prendre un récépissé, on court à la banque régler, on revient avec le reçu et on récupère nos passeports avec le tampon magique !
On ne s'attarde pas à vous décrire les jeux de coudes dans les queues, à chaque fois qu'il s'agit de se présenter à un guichet !
En tout cas, ouf ! On les a, on n'est pas obligé de quitter le pays tout de suite !

Aparté pour les voyageurs : au 5 mai 2009, contrairement à ce qui peut circuler comme rumeurs sur certains forums, il est possible, facile et pas cher pour un français d'obtenir un visa chinois à Hong- Kong : 150 yuans (16 euros). De même, la prolongation de 30 jours s'obtient sans difficulté, et pour seulement 160 yuans (17 euros).


Boucle Sichuan sud : Leshan et Emei Shan
De Chengdu, nous partons quelques jours à Leshan, siège d'un Bouddha géant classé au patrimoine de l'humanité. Mais les éléments sont contre nous (météo et dérangement intestinal typique d'un séjour chinois...), et nous poursuivons rapidement vers Emei Shan.
Il s'agit d'un mont bouddhique, perché au cœur d'une nature luxuriante, et recouvert d'une multitude de temples. Au sommet, avec environ cinq cent millions de chinois, et moi, et moi, et moi (c'est le 2ème jour de la Golden Week de 3 jours, le pire !), nous apercevons le Bouddha d'Or !
Le lendemain, c'est une petite randonnée sur un autre versant. Nous croisons à cette occasion quelques macaques tibétains, que nous maltraitons moins que les locaux…


15 ans, déjà
Et oui, c'était écrit ! Damien vient de passer le cap de sa quinzaine année… en Chine ! Inoubliable anniversaire ! Parmis ses cadeaux, une boite de cornflakes (dont on ne citera pas le nom), ses yeux brillent car depuis 11 mois c'était la première fois !!! Non non ne nous trouvez pas bizarres...


Les Pieds en Délire
C'est l'époque de préparation de la saison prochaine pour l'association. Alors, on cogite, on discute, on extrapole et çà avance ! Des nouveautés ? Il suffit d'aller voir : Les Pieds en Délire


Scènes de vie
En tout début de matinée, les gens font leurs exercices physiques : mouvements Tai Shi, gymnastique en pleine ville sur des appareils du type " parcours sportif " de nos parcs…
En soirée, les trottoirs à l'angle des grands croisements sont investis de danseurs : un animateur exécute des mouvements (en solo) et le public l'imite.
Les commerces : rien de tel pour attirer le chaland que de faire du ramdam ! Il n'est pas rare d'assister à des scènes de danse devant des boutiques, exécutées par le personnel pour attirer l'attention. Ou bien l'équipe invite les passants à entrer en tapant des mains en rythme. Moins sympa pour les tympans, ceux qui crient, voire mettent un magnétophone en boucle répétant leurs promotions. Le pire : ceux qui, en " live ", utilisent un porte-voix ! Tous les moyens sont bons !


Ville de Xi'an : "L'armée des soldats en terre cuite"
On apprécie les nuits en train et c'est donc ainsi qu'on rejoint cette dernière étape de la Chine centrale, Xi'an, capitale de la région du Shaanxi.
Le but de notre visite : la fameuse armée de soldats en terre cuite, mausolée de l'empereur mégalomane Qin Shi Huang. Depuis près de 2500 ans, cette armée (estimée à 8000 soldats, cavaliers, officiers et chariots) veillait sous terre sur l'entrée du tombeau de ce " premier empereur chinois ".
Le site permet de découvrir cette curiosité découverte en 1974, et de se rendre compte de la composition d'une légion chinoise antique. Chaque soldat est à taille réelle, en argile cuit, et présente des traits uniques. Le détail est présent, des semelles de chaussures au nattage des cheveux, ils étaient à l'origine colorés. Lorsque le site a été découvert, peu d'éléments étaient encore debout, le temps et quelques pillages avaient œuvré… Mais les restaurations en cours permettent de bien se représenter l'ensemble du projet, quoique parfois on se demande ce qui est véritablement ancien et ce qui a été restauré... L'éternel problème "DisneyLand" ! C'est au travers de 3 grandes salles que nous découvrons cette armée. C'est moins visuel que sur les reportages télé, mais en vrai, çà pince plus le cœur.

Armée de Soldats : Vidéo


La Chine, on ne peut pas être indifférent :

On n'aime pas…
- Les toilettes publiques… une horreur !
- Les odeurs des restaurants locaux… qui souvent, soulèvent le cœur !
- La pluie : c'est la guerre des parapluies, chacun pour soi, attention les yeux !…
- Les scooters et vélos électriques sur les trottoirs… c'est silencieux donc dangereux, car on n'y est pas habitué.
- Les entendre manger ou pire, boire… c'est bruyant !

On aime...
- Les sourires des autochtones… et leur disponibilité, toujours prêts à nous aider, nous guider…
- La nature, la campagne… qui composent de superbes paysages.
- Dormir dans le train ! C'est plutôt confortable, et classe
- Les files d'attente… où il faut jouer des coudes et avoir le bras long pour être servi avant la fermeture. Et on adore les battre à ce jeu !
- Les voir écrire leurs pictogrammes… à une vitesse époustouflante, c'est magique !
- Se faire prendre en photo avec eux… ils ne ratent jamais une occasion de nous ajouter à leur album !
- Leurs danses nocturnes aux croisements ou sur les places…
- Les voir jouer, à tous les coins de rue, à tout moment de la journée… aux cartes, au Mah-jong, au jeu de Go, aux échecs chinois !
- Les escadrilles de cerfs-volants qui ornent le ciel des villes…
- Les scooters et vélos électriques… c'est propre !
- Se faire masser avec tous leurs gadgets en libre service dans les centres commerciaux


La Chine, un vrai Poème !
Si on vous racontait une de nos journées telles que décrites à travers le nom des lieux, cela donnerait quelque chose comme…

Nous empruntons la rue du Levant Merveilleux pour passer la porte de la Sérénité Tranquille. Nous nous dirigeons vers la place de la Paix Universelle et visitons le Temple de la Prière pour de Bonnes Moissons. Ensuite, de la Prairie Extraordinaire, nous apercevons le Sommet des Sapins Enneigés et des Cinq Dragons Suprêmes. Puis, nous finissons le parcours au Parc de l'Harmonie Préservée et les Jardins de la Pureté Céleste permettent de se " reproser "…

Le pouvoir des mots, le choc des photos !




Bientôt, la suite du périple " Made in China "… à Pékin !






Leshan

Centre d'élevage à Chengdu

Ca y'est c'est fait !


Si ça pouvait être faisable...
--

Xi'an - Les oiseaux en plein air...

Calligraphie Chinoise Inscription : "Damien"

Mont Emei - No comment...

Suite des Chinoiseries !
Article écrit le 30 avril 2009




Région du Yunnan, Ouest de la Chine - du 17 au 27 avril 2009


Arrivée à Dali
Après une nouvelle nuit de train, on débarque à 7h du matin dans la gare de la ville nouvelle (Xiaguan), et un taxi nous fait parcourir les 20 derniers kilomètres jusqu'à notre hôtel. Celui-ci est en retrait de la vieille ville, c'est-à-dire " au calme " de cette localité particulièrement touristique, et on s'y sent tout de suite " comme à la maison ". Les chambres sont spacieuses, claires et propres. Elles donnent sur une cour fermée, où, comme pour confirmer notre impression, la patronne qui nous accueille nous offre le petit-déjeuner : des fruits frais au yaourt… Damien adore !

De la terrasse, nous avons une vue partielle sur le lac Erhai Hu (1 900 mètres d'altitude), et surtout sur les montagnes qui l'entourent, les Monts Vert Jade qui culminent à 4000 mètres. Le spectacle est grandiose, d'autant que ce premier jour, un soleil radieux est de la partie.


Séjour à Dali
Les jours suivants voient alterner soleil et pluie, ce qui ne nous empêche pas d'errer au hasard des ruelles pavées de la vieille ville. Celle-ci a été refaite, pardon " restaurée " comme on dit ici, mais " à la chinoise "… Cà a du charme, mais c'est un peu surfait : il reste peu de traces anciennes, de l'époque où cette grosse bourgade était une capitale. En effet, pendant 5 siècles, Dali était la capitale du royaume de Nanzhao, celui du peuple Bai, qui a tenu tête aux empereurs chinois successifs.

La ville est parcourue de milliers de touristes chinois, qui descendent ici en autocars avec des agences, photographient tout ce qui bouge ou pas (même nous !), et repartent pour l'étape suivante.


Excursion vélo
De Dali, nous louons des vélos et en route pour le lac, à 2 kilomètres d'ici. Il fait beau, chaud, et la route à travers les paysages agricoles est bonne et agréable.
Nous comptions emprunter un ferry pour nous rendre sur l'autre rive, mais les tarifs prohibitifs qui nous sont annoncés (notre couleur de peau, peut-être ?) nous font changer de plan. Finalement, nous longeons le lac à travers les ruelles de petits villages poussiéreux et odorants… authentiques quoi ! On rentre fourbu, le visage tanné et le postérieur endurci, mais le cœur satisfait de cette mini-excursion.

Autour de Dali : Vidéo


Thé
Il est difficile de ne pas se rendre compte de l'importance du thé en Chine. C'est vraiment la boisson nationale. Dans les rues, une boutique sur dix est un magasin spécialisé, appelé " Maison de thé ". La carte de chaque restaurant dispose de deux pages de choix de différentes sortes de thés. Dans les établissements pour les locaux, on s'en voit même offrir une tasse gratuite en guise d'accueil.

Un locataire chinois semi-permanent de l'hôtel (scénariste parait-il, mais, à notre avis, plutôt joueur de Go sur Internet) nous initie à la dégustation de thé. Nous savourons 2 thés, infusés chacun 8 fois et dégustés autant de fois dans un mini-bol… Bol qui ne se lave pas d'ailleurs, sacrilège, on doit se contenter de le rincer !
Tout cela est un peu long, mais pas mauvais même pour des néophytes en la matière. On remarque que l'amertume diminue après chaque infusion, ce qui rend plus agréable la dégustation. Mais quel cérémonial !


Dali à Lijiang
Erreur de débutants, nous n'avons pas acheté nos tickets de bus nous-mêmes, et nous retrouvons pour ce trajet dans un bus de taille moyenne, et aux 3 dernières places. Celles sur la banquette arrière, là où les genoux pénètrent dans le dos du voisin de devant. Si, si, même les genoux de Bruno ! En plus, comme les soutes sont occupées par du fret (il n'y a pas de petit profit), nos 99 Kg de bagages restent dans l'allée centrale, et tanguent d'un côté sur l'autre pendant plus de 3 heures, au gré des virages de cette route de montagne.


Ville de Lijiang (Patrimoine mondial de l'Unesco)
Cette fois, nous jetons l'ancre dans le centre de la vieille ville, dans un hôtel pour les Chinois. C'est plus authentique, on y entend raclements de gorge et crachats.

Lijiang est la ville de la minorité Naxi, d'origine tibétaine et… matriarcale. Et oui, çà existe !
La vieille ville est superbe, et restaurée de manière un peu moins brutale que Dali. Quoique… L'architecture ancienne est préservée, il reste beaucoup de maisons à structure en bois. C'est un dédale de ruelles tortueuses, de canaux, de petits ponts de pierre et de vieilles maisons transformées en commerces.
Les touristes chinois arpentent la ville, ici aussi, en groupes guidés. Fort heureusement, les guides ont abandonné les porte-voix ! Ils ont néanmoins été remplacés en cela par les rabatteurs des commerces qui crient leur slogan en boucle devant leur établissement…


Le Mont Enneigé du Dragon de Jade (Mont Satseto) - 5 500 m d'altitude
Cà fait poète, non ? Et c'est pas fini… Nous allons aussi survoler " la Prairie de la Mer Asséchée " pour atteindre " la Prairie du Sapin dans les Nuages " !

A Lijiang, nous sommes à 2500 mètres d'altitude, aux dernières marches avant le Tibet ! Et à une trentaine de kilomètres, nous nous mêlons (discrètement) aux chinois et empruntons les œufs d'un téléphérique qui nous monte à… 4 506 m ! Le panorama est superbe ! Nous avons vue sur les montagnes alentour et sur un glacier, là, à nos pieds ! Frémissements de plaisir.

Nous pique-niquons les pieds dans la neige, sous les flashs des touristes chinois qui nous photographient ou se font prendre en photo en notre compagnie… la rançon du succès ? Non, l'originalité de nos bouilles pour ces touristes venus de la Chine profonde !

En plus, nous accédons surement au statut de héros pour eux, car nous faisons partie des rares à ne pas utiliser de… bombe à oxygène ! Nous sommes entourés de respirations sonores à la Dark Vador, c'est trop drôle. Et oui, le commerce en la matière est florissant !


Toilettes chinoises

Dans la série des " Reportages de la Vie en Chine ", les toilettes publiques valent leur kilo de… euh, non, rien.
En fait, il n'y a pas de cabines fermées, mais des cloisons à mi-hauteur qui compartiment une longue tranchée dans laquelle se déverse les excréments. Côté pudeur, c'est un peu embarrassant…
Il n'y a pas non plus de chasse d'eau, mais un simple robinet à une extrémité de la tranchée, qui doit n'être actionné probablement que… quotidiennement ! Côté olfactif, les odeurs putrides, côté faune, les mouches !
On y entre de biais, le nez tordu et la respiration coupée. On en sort en courant… reprendre son souffle !


Confucius
Aux alentours de cinq siècles avant JC, devant la faiblesse des rois de l'époque, la Chine est redevenue une organisation féodale, puzzle de royaumes et principautés, en guerre perpétuelle pour leur souveraineté ou leur élargissement. C'est aussi une époque de grandes transformations sociales découlant des progrès de l'agriculture, et aboutissant à l'apparition de nouvelles classes : artisans, commerçants et… hommes instruits (Shi) car l'instruction finit par n'être plus réservée aux nobles.

C'est à cette période, au milieu des désordres sociaux, des nouvelles idées remettant en cause des concepts désuets, que Confucius vit et… réfléchit ! Jusqu'à 30 ans, il étudie, se fait sa carte du monde (sa philosophie de la vie, des points de vue sur l'histoire, la société, l'humanité…). Puis il choisit de consacrer le reste de sa vie à l'appliquer, la propager par l'éducation. Il ouvre son école, ouverte à tous (la première école privée au monde !). Avec ses " disciples " (ses étudiants), son influence grandit. Il occupe quelques fonctions à responsabilités. Il n'a rien écrit directement lui-même, ce sont ses disciples qui ont rapporté ses pensées et paroles, notamment dans les " Entretiens de Confucius ".

Il a beaucoup œuvré pour la bienveillance, la morale, le respect, la gouvernance juste et l'harmonie entre les hommes. Sa sagesse, depuis plus de 2000 ans, a influencé toute la société chinoise de manière très profonde. Même les envahisseurs ultérieurs y ont adhéré, et aujourd'hui encore, l'Occident n'y est pas insensible.


La Gorge du Saut du Tigre : LE Trek
Non loin de Lijiang, le célèbre fleuve Yangsee commence à couler ses eaux jaunâtres d'un méandre à l'autre. Et à 2 heures de route, il s'enfonce entre deux monts s'élevant à 5 500 mètres, dont le Haba Shan, formant une gorge étroite entre les versants opposés. C'est là qu'un tigre aurait franchi le fleuve d'un saut légendaire !

Et c'est là que nous trekkons pendant 2 jours, entre 3 000 et 4 000 m d'altitude. Nous arpentons des sentiers dominant des à-pics vertigineux, au péril de nos vies, franchissant en dérapage des cascades niagaresques. Nous empruntons des sentiers rocailleux pour gravir des heures durant, des pentes raides, barrières défensives naturelles du plateau du Tibet ! C'est magnifique, les tripes sont nouées de plaisir. C'est haut, c'est beau, c'est inoubliable !

Gorges du Tigre, Trek : Vidéo


Touristas
Après Damien qui s'est vidé de tous côtés dans le sud du Yunnan, c'est au tour de Bruno pendant 2 jours de Dali à Lijiang. Puis, pendant quelques jours avant le trek des gorges du Diable, Marie-Lise est elle-aussi à plat ! On se serait bien passé de cette justice…

Sale série ? Nous nous interrogeons sur le fait de pouvoir continuer à nous nourrir en Chine. Tout est tellement sale, jusque dans la préparation de la nourriture et la manipulation des aliments… Du jamais vu, nulle part ailleurs, pendant ce voyage !


Bientôt le retour en France !
Et oui, on commence à y penser sérieusement… Pour Damien l'heure de l'examen de passage en seconde va bientôt sonner. Nous attendons par e-mail les documents d'évaluation. Damien ne cesse de réviser, la pression est là !
On revient sur Paris le 17 juin au soir et quelques jours plus tard sur Angers. Nous allons bientôt acheter nos billets SNCF par le net, ça fait bizarre… Tous nos projets montés en chemin sont au cœur de nos discussions actuelles, c'est aussi l'heure des mini bilans : tu te souviens de…. et lorsque nous avions pris le taxi… olalala et la galère dans cet hôtel… bref tant d'événements vécus durant cette année, tant de promiscuité, de découvertes… on est heureux !

Bientôt, la suite du périple dans l'Empire du Milieu … !




Gorges du Tigre

tt

Lijiang

--

Gorges du Tigre (en haut) - On y est arrivé !


Temple de Confucius - Ville de Jianshui

Entre 3.000 et 4.000 m d'altitude

Un marché de Dali - Poussins à acheter !