Vietnam nous revoila !
Article écrit le 23 mars 2009




Du Laos-Nord… au Nord-Vietnam

du 10 mars au 25 mars 2009


Déroutage
Les deux postes frontières vers le Vietnam les plus proches de Nong Khiaw sont : soit probablement fermé aux étrangers pour l'un, soit trop peu fréquenté pour l'autre et donc objet de toutes les arnaques imaginables. Aussi, nous décidons de viser la frontière de Nam Cam, plus pratiquée par les voyageurs, même si elle est moins pratique pour nous du fait qu'elle nous fasse rebrousser chemin et repasser par Luang Prabang.


Road Movie - Clap ! Première !
D'abord, une demi-journée à l'arrière d'un Camion bâché pour redescendre de notre montagne. Cà vaut une séance d'abdos-fessiers : à l'arrivée, on a le postérieur bien plus musclé qu'au départ. Et c'est tellement bien aéré, qu'on en mouche tous à l'arrivée à Luang Prabang… Mais on longe de belles rizières en culture, parfois en terrasses, puis le mythique Mékong. Ceci compense cela.
Le lendemain, 10 heures de Gros Bus de jour. Cà tourne tout le temps et çà monte et çà descend, nous sommes dans les montagnes. Mais on ne vomit même pas… on est des durs ! Les paysages de montagne que nous traversons valent le sacrifice, c'est vert, profond, c'est la Laos. En côte, notre moulin nous assure un bon 15 Km/h, et en descente, les freins ne suffisent pas à limiter la vitesse en dessous de 40 Km/h… même dans les virages, et il n'y a que çà. C'est sport ! Deuxième escale, nous atteignons Phonsavan... vivants !
Troisième jour, matin : après le branle-bas de 5h15, nous sommes postés au garde à vous dès 6h sur le quai de la gare routière. Bon, les yeux encore seulement entr'ouverts. Le bus qui doit nous emmener à Vinh, au Vietnam (et accessoirement nous faire traverser la frontière) doit partir à 6h30. Les minutes passent. Le bus n'arrive pas. Suspens. Il n'y en a que 3 par semaine, et le prochain est dans 3 jours. Puis on nous avoue, vers 7h, que " le bus pour Vinh est cassé " ! Et on nous invite à revenir… le lendemain. Une journée sans transports. C'est presque triste.


Good Raining Vietnam !
L'aventure reprend pourtant bien le lendemain, pour une nouvelle journée dans un autre " big bus ". La traversée de la frontière se passe sans encombres (on réussit même à ne pas payer le bakchich d'entrée au Vietnam, déguisé cette fois en coupon " médical " !). Les dernières heures de trajet s'effectuent entre des kilomètres carrés de vertes rizières en culture, et sous un ciel menaçant. Nous arrivons en fin de journée à Vinh, sur la côte vietnamienne, sous une pluie… tropicale.


Dicton vietnamien
Nous faisons le tronçon suivant (jour 5 depuis Nong Khiaw) dans un minibus de 28 places, par l'intermédiaire d'un gaillard qui nous assure que c'est moins cher et plus rapide que les gros bus. En fait, nous partons une heure plus tard que l'horaire prévu, le temps pour l'équipe de rabatteurs (pourtant agressifs) de remplir le véhicule avec… 35 passagers et quelques kilos de fret ! Le klaxon à écho avec lequel le chauffeur accompagne chacune de ses accélérations, aussitôt suivie d'un violent coup de frein, nous met un peu sur les nerfs. D'où le nouveau dicton : " Chauffeur nerveux, passagers énervés ".


Chemins de fer
Comme nous achetons nos billets tardivement et qu'il n'y a que deux trains quotidiens, nous nous retrouvons pour les dernières heures de trajet jusqu'à Hanoi, en couchettes dites " dures " ! Les couchettes sont perpendiculaires au sens de la marche, ne permettent pas de tenir assis… et la nausée nous submerge vite. Tout cela rappelle à Bruno son jeune temps, dans la Marine Nationale, quand il faisait la guerre en baie de Douarnenez.


Merci chauffeur !!
La collection ne serait pas complète si nous n'avions pas terminé en Taxi. De la gare, nous choisissons LE taxi dont le coffre peut contenir nos bagages, et lui indiquons le nom et l'adresse de l'hôtel où nous avons réservé, le Vénus Hotel.
A l'arrivée, un jeune costard-cravate ouvre la portière, et avant que nous n'ayons pu faire " ouf ", nous montre une carte de visite du Vénus et explique que nous allons être dans un autre hôtel tout proche car la chambre que nous devions occuper n'a pas été libérée. Bon, on le laisse payer le supplément de trajet au chauffeur de taxi et on se retrouve au 3ième étage du Family Hotel.
Un doute nous assaille alors. Et si l'hôtel Vénus n'était pas au courant de notre re-routage ? Et si nous étions tombés dans une petite escroquerie ? Pour en avoir le cœur net, nous filons à pied au Vénus, qui effectivement nous attend encore !...
Ni une ni deux, pour ne pas encourager ce genre de pratiques, nous retournons chercher nos affaires au Family (et nos passeports…) et r é-emménageons au Vénus. Quelle fin de soirée !

Clap ! Fin du Road Movie des Pieds Nickelires dans les transports indochinois.


Région de Ninh Binh : le site de Tam Côc
A environ 150 Km au sud de Hanoi, le site est aussi appelé " La Baie d'Along Terrestre "… Tout un programme ! Et bien, c'est une surprise des plus agréables, et encore peu fréquentée des " falangs " (les blancs).

Le paysage est superbe. C'est essentiellement plat, recouvert de rizières en culture à cette époque, d'un vert bien gras. Et puis, des dizaines de pitons rocheux recouverts de végétation percent cette platitude. L'atmosphère est assez particulière, l'ensemble étant bien entendu fondu dans une brume permanente mais laissant passer la luminosité du soleil. Mieux qu'un film.

On s'offre une ballade en barque sur une rivière, menée à la rame par deux frères (et Damien), entre les rizières, au pied des monts de calcaire. Voire dessous, car l'eau s'est frayée un lit en creusant des grottes souterraines.

Baie d'Along Terrestre : Vidéo


Rencontres
Cette quinzaine est riche de rencontres. D'abord, à Luang Prabang, nous rencontrons Fouzia, Philippe et leurs deux enfants, eux aussi en grand et long voyage… Avec en fil conducteur, des projets humanitaires pour leur association ! Ils méritent la célébrité, alors n'hésitez pas, consultez leur site web : www.peuplesracines.org. Si tout va bien, on doit (et on espère) même les recroiser à Hong Kong, dans quelques jours.

Ensuite, dans les bus entre le Laos et le Vietnam, nous faisons la connaissance de Magali et Eric, partis du sud de la France pour un tour en Indochine de trois mois. Au moins. Parce que s'ils rencontrent des opportunités locales, ils prolongeront peut-être leur séjour… On fait des centaines de kilomètres avec eux (c'est à dire plusieurs dizaines d'heures sur quelques jours) et ce n'est que du plaisir. Après une séparation de quelques jours, on prolonge ces instants en se retrouvant pour quelques heures à Hanoi, juste avant notre " grand " départ pour Hong Kong.

En baie d'Along, ce sont des vacanciers nantais, Karine et Gérald, qui croisent et recroisent notre route. En effet, tout au long des 3 jours d'excursion, tant eux que nous sommes baladés d'un groupe à l'autre, d'un minibus à l'autre… pour finalement participer aux mêmes activités, aux mêmes moments ! Ils sont maintenant rentrés et ont repris le boulot. Rendez-vous à Nantes ?

Et pour clore cette liste, une mention spéciale à Fantine, Michel et Jean, de Bruxelles. Ils épicent nos derniers jours à Hanoi en nous faisant découvrir le meilleur plat de " Poulet aux 5 saveurs " et… les meilleures crêpes ! Du coup, Damien les vénère… Si vous passez dans leur ville, payez-vous une grillade " Aux pavés de Bruxelles ", sur la grand 'place, c'est la famille.


La baie d'Along
La vraie cette fois, la maritime. La baie ainsi nommée, candidate aux nouvelles 7 merveilles du monde, est située un peu à l'écart, dans le Golfe du Tonkin.
Ce qui en fait sa réputation : des centaines de pains de sucre (roches calcaires) transpercent la surface de l'eau, formant autant d'abrupts îlots. Il y en a de toutes les formes, de toutes les tailles et la plupart est recouverte d'un fouillis de végétation. Les eaux alentour sont calmes, la brume omniprésente et il n'y a que très peu de vent. C'est magique et étrange à la fois. Si vous avez vu le film " Indochine ", nous en sommes des figurants.

Note de Marie-Lise : " Bon, certes, il faut concéder que le Golfe du Morbihan est quand même plus lumineux, plus gai, et qu'on peut accoster sur les îles. On n'est donc pas dans la même catégorie, mais quand même, il y a quelque chose à Along ! "

Baie d'Along Maritime : Vidéo


Itinéraire d'angevins en Baie d'Along
Nous passons une journée et une nuit sur une jonque, à naviguer dans ces paysages mythiques, à caboter de grottes surprises en crevasses percées dans les roches. On prolonge même ces instants fabuleux par un grand huit en kayak autour de quelques pitons. Envoutant.

Nous consacrons une autre journée sur l'île de Cat Ba, la principale de la baie. Nous entamons les festivités par une bonne grimpette de 2 heures, à l'ombre de la forêt tropicale, jusqu'à un point de vue (sur une " tourelle de métal rouillé ") sur l'île et son relief extraordinaire. On raconte à Bruno, qui préfère la vue d'un peu plus bas…
Puis nous nous rendons sur " Monkey Island " où vivent… 5 babouins peu farouches, mais voleurs. La plage, le sable, l'eau couleur émeraude. Le naturel reprend le dessus : Marie pille les coquillages, Damien pique une tête et Bruno pique… un somme pour se remettre de ses émotions du matin !

Une équipe gagnante
Non, non, il ne s'agit pas du SCO ni de l'équipe de France de rugby. Même s'ils méritent autant de notoriété. C'est une sacrée équipe que la classe de CLIS de Baugé. Ces gamins nous suivent depuis le début de notre itinéraire, se documentent sur les pays que nous traversons, nous interviewent régulièrement par mail interposé, préparent des exposés pour les autres classes de l'école et même… une exposition ! Dès qu'on a les pieds en Anjou, on file voir çà !


Dessin pas animé
Prenez une page blanche. Coloriez toute la partie basse en vert, le haut en gris. Dans le vert, ajoutez quelques personnages, courbés vers le sol. Coiffez-les d'un chapeau conique et d'une tunique. Entre le gris et le vert, représentez quelques pitons rocheux. Le tour est joué. Vous avez sous les yeux le paysage d'estampes vietnamiennes que nous traversons depuis deux semaines : des rizières à perte de vue, la brume d'humidité ambiante (taux d'environ 98%), et des ouvriers agricoles entre les pics calcaires.


Hanoi
Nous y voilà. But ultime de notre Road Movie, nous avons rejoint la capitale du Vietnam.

Nous logeons dans le centre historique, celui des petites ruelles gorgées de commerces débordant sur les trottoirs, et de scooters empiétant… sur les piétons. C'est le quartier de l'époque féodale, où les corporations de métiers sont encore visibles, même si certaines ont un peu évolué : rue des vermicelles, rue du papier, rue du chanvre (devenue plutôt celle de la soie), rue de la chaussure… C'est bruyant, pollué et sale… donc authentique !
Non loin s'étend un assez grand lac, bordé d'arbres et d'une promenade. Poumon salutaire pour ce centre-ville.

Comme ici, les trottoirs sont occupés de marchandises, ou servent de parkings aux millions de scooters, ce sont les rues que nous arpentons. De l'hôtel au grand marché, du mausolée d'Ho Chi Minh au temple de la littérature, du supermarché Intimex aux vendeuses de valises, on en fait du chemin ! Le repos nocturne, à l'horizontal par opposition à l'angle imposé de 100° des bus, est bien mérité…


Pas typique
Cà faisait longtemps, et çà nous manquait. Alors nous nous offrons d'abord une bonne partie de Bowling ! Et la championne 2009 est... Marie-Lise ! On sait maintenant quelles étaient ses prières dans les pagodes !
Puis c'est la séance " crêpes " avec nos amis de Bruxelles : un arrière-goût de lointaine Bretagne…
Enfin, nous allons dans un club de Jazz où se produit un quintet en Live. On ne résiste pas à faire quelques " passages sous le bras ", et quelques " swing out ". Mais on sent le manque d'entrainement… Aïe aïe aïe !


Marionnettes sur l'eau
Quelle drôle d'idée ! Pourtant, cet art séculaire original perdure, et c'est tant mieux car cela nous permet de profiter d'une représentation.
Sur le côté de l'espace scénique, il y a des musiciens qui jouent en " Live " avec des instruments traditionnels. Ne nous demandez pas leurs noms, cela ne ressemble à rien d'identifiable. Au milieu, un grand bassin d'eau sur lequel évoluent les marionnettes. En fait, celles-ci sont actionnées par de longues perches masquées par l'eau. Malin, non ?
Le spectacle met en scène la vie (médiévale) des paysans : chasse au renard, course de pirogues, légendes… C'est mignon, un peu naïf, pas trop long, et avec l'animation musicale, nous passons un très bon moment. Nous avons même droit au salut des marionnettistes qui sortent de derrière le rideau qui nous les masquait. Et vous savez quoi ? Ils travaillent… les pieds dans l'eau !


Francophonie
Nous découvrons dans le seul journal quotidien en français du pays, qu'un festival du film francophone se déroule ce mois-ci. Nous en profitons et nous assistons à la projection de " Formidable ", le film de la sélection de nos voisins belges. Et bien, comme le titre le promettait, nous passons une soirée… for-mi, for-mi, formidaaaaaa-ble !


Happy End
Tout a une fin. Nous allons quitter l'Indochine dans quelques heures, le cœur gros. Nos appréhensions étaient fortes avant de découvrir cette sous-région et ce continent. Aucune d'entre elles ne s'est concrétisée.
Nous en garderons des images fortes. D'abord, la simplicité et la fierté de la vie de ses habitants, tous pays confondus. Ensuite, le sourire et les " hello " des milliers d'enfants qui ont croisé notre route. Quel réservoir d'énergie, d'optimisme et de joie !
Nous l'avouons, nous avons déjà prévu de revenir…

La suite… encore une île : Hong-Kong !





-

-

-

-

Tambours Temple - Baie Allong Terrestre

-

-

-

-